Les études de l'observatoire

Retour à la liste

Etudes de l'Observatoire : Veille

Non, le digital ne tuera pas le banquier !


LE CERCLE - La digitalisation n'épargne pas le secteur bancaire. A l'ère de l'intelligence artificielle et des algorithmes, la banque doit savoir se réinventer et mettre le digital au service de l'humain. Pour Nicolas Hubert, directeur général de Milleis Banque, le rôle du banquier est primordial dans cette transition.
A l'ère du digital et de l'ubérisation, alors que l'intelligence artificielle et les algorithmes suscitent peurs et fantasmes et que  fleurissent les néobanques , le paysage bancaire se transforme en profondeur.

Symbole de cette digitalisation,  la réduction massive du nombre d'agences bancaires profite à une relation plus virtuelle via internet et les applications mobiles.


Parallèlement, les traumatismes liés à la crise de 2008 ont participé à l'essor d'une méfiance généralisée autour de la banque. Un phénomène qui favorise également la montée en puissance des fintech et pousse les banquiers à réinventer leur métier.

Progressivement, deux types de banques pour les particuliers notamment patrimoniaux devraient émerger.

Pour en savoir plus,