Les études de l'observatoire

Retour à la liste

Etudes de l'Observatoire : Veille

Top 5 des softs skills que les recruteurs adorent



Cette expression anglophone, si on la traduit littéralement, signifie “compétences douces” et s’oppose aux “hard skills” autrement dit des “compétences dures”. Les soft skills correspondent aux compétences comportementales et suscitent de plus en plus d’intérêt auprès des recruteurs. Les entreprises ne s’attardent plus uniquement sur les compétences techniques (hard skills), elles mettent également l’accent sur le savoir-être et autres compétences cognitives permettant aux futurs salariés de s’adapter rapidement.



Les softs skills, une manière de se différencier des machines

Depuis quelques années, le monde des entreprises ne jure que par les soft skills. Ces dernières représentent la valeur ajoutée de l’homme face à la machine. Avec la montée en charge de l’intelligence artificielle, le monde du travail se transforme en profondeur. Il a besoin d’individus capables de traiter, de gérer, d’organiser l’information dans un contexte donné et de façon non routinière. Tout l’inverse d’une machine ! Face à ces bouleversements, les recruteurs recherchent plus que de simples exécutants, ils veulent des personnalités fortes, des salariés solidaires qui travaillent avec les autres, des personnes ayant de réelles compétences transversales. François Taddéi, dans son ouvrage “Apprendre au XXIe siècle” aborde cette question. Dans une interview, il indique que pour se différencier des machines, “il faut qu’on invente d’autres modalités d’apprentissage et qu’on développe d’autres compétences qui font de nous des êtres humains”.


Pour en savoir plus,