< Retour à l'agenda
Colloque Attirer les talents - le défi de la Banque de demain

03/12/2015




Le secteur bancaire continue d’être un secteur pourvoyeur d’emplois. 
En 2014, les banques de la Fédération Bancaire Française ont enregistré 35 000 embauches dont 2/3 en CDI.

Cependant, la Banque est confrontée à certaines difficultés de recrutement : image dégradée, modèle social décalé par rapport aux attentes des générations x ou y, méconnaissance du secteur et de ses métiers. 
Pour autant, pour répondre aux enjeux de la banque de demain (notamment son modèle digital), la banque a besoin de talents qui allient compétences techniques et compétences comportementales fortes. 

Dans un contexte concurrentiel exacerbé, que doit faire la banque pour élever son niveau d'attractivité ?

Ces différentes problématiques ont été abordées lors du colloque du 3 décembre 2015, organisé par l’Observatoire.

Après un état des lieux statistique sur les profils recrutés en 2014 et l’évolution des embauches au cours des 3 dernières années, deux tables rondes ont été animées par Danièle Licata, journaliste de l’Etudiant : la première portait sur la banque de demain et les attentes des jeunes, la seconde a tenté d’apporter certaines clés pour développer l’attractivité du secteur auprès des jeunes.


Présentations réalisées :

bilan_activites_2015.jpg   jmd_sl.jpg
    Stéphanie Leloup - Présidente
Jean-Marc Dupon - Vice-président


profils_recrutes_banque.jpg   Retouch%C3%A9e_PG_2.jpg
 
    Philippe Gendillou
Directeur des Affaires sociales


ce_que_pensent_les_jeunes.jpg   Retouch%C3%A9e_BL2.jpg  
    Béatrice Layan
Responsable de l'Observatoire

Interviews :


image+video.jpg   Béatrice Perrot - BNP Paribas
Hervé d'Harcourt - Groupe BPCE
Anne-Sophie Bourgeois - Groupe Crédit Agricole SA
Stéphane Dubois - Société Générale



Table ronde 1 : La Banque de demain et les attentes des jeunes



Retouch%C3%A9e_TR1_3.jpg   De gauche à droite :

Danièle Licata, L'Etudiant,
Pierre Hurstel, Matière à réflexion- Fondateur, 
Sandrine Chokron, PSB Paris School Business - Responsable Master Gestion Patrimoine, 
Myrtille Boullez, HSBC - Directrice du Recrutement et Développement Ressources Humaines, 
Marie Hélène Agard, Page Personnel - Directrice senior des divisions Banque & Assurance, 


Pourquoi la Banque attire  moins les jeunes talents aujourd’hui ?

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène :


  • La dégradation de l’image « employeur »  de la profession : la crise économique et plusieurs scandales ont terni l’image de la banque. Selon le classement Universum des entreprises préférées des étudiants, la première banque française était classée en 5ème position en 2008, en 2015, elle occupait la 19ème position.
  • Une évolution des attentes des jeunes : l’offre des banques et les attentes des générations x, y ne concordent pas toujours. Plus agiles, plus mobiles, les jeunes sont davantage en quête de sens à donner à leurs activités professionnelles et n’aspirent plus à une carrière professionnelle tracée au sein d’une même entreprise. Ce qui compte c’est le présent, les projets auxquels ils participent et les challenges qui leur sont confiés. Par ailleurs, leur relation à la hiérarchie a changé. Les jeunes attachent aujourd’hui beaucoup d’importance aux échanges et à la transparence avec leur manager.
  • Une évolution des attentes des banques en termes de compétences : les banques recherchaient initialement des compétences techniques. Aujourd’hui leurs recherches portent principalement sur les compétences comportementales : capacité à s’adapter, à innover, à apprendre en permanence tout au long de sa vie professionnelle, mais aussi un savoir-faire commercial, des compétences digitales… Cette évolution confronte les banques davantage aux réalités du marché. Les profils recherchés sont plus rares et la pression concurrentielle avec les autres secteurs d’activité plus forte.

Pourtant la Banque offre de belles opportunités

  • Nombreux sont les métiers proposés par le secteur bancaire. De la force de vente aux métiers supports, le panel est large : métiers de conseillers, métiers du risque, métiers de l’informatique, du marketing…
  • Les banques offrent aux jeunes la possibilité d’enrichir leur expérience à l’étranger, notamment grâce au VIE (Volontariat International en Entreprise). Les jeunes se voient proposer des missions à l’étranger dans les filiales des groupes bancaires.
  • L’alternance est un autre atout du secteur, une réalité inscrite au sein des banques. Le secteur en comptait 6 000 en 2014. 

Table ronde 2 : Les clés pour développer l’attractivité des jeunes



Retouch%C3%A9e_TR2_3.jpg   De gauche à droite :

Danièle Licata, l'Etudiant
Ludovic Guilcher, Orange – Directeur Adjoint des Ressources Humaines Groupe 
Virginie Chevallard, Atos – Responsable Recrutement France
Daniel Prin, TMP Worldwide, Executive Vice President Continental Europe


Retours d’expérience d’autres secteurs
Comment attirer les talents, travailler l’image employeur ?

  • Des processus de recrutement « digitalisés » : utiliser les réseaux sociaux est devenu aujourd’hui incontournable, les candidatures sont mieux ciblées et davantage en adéquation avec les postes proposés. Les offres postées sur les réseaux sociaux peuvent l’être sous forme de vidéo.
  • Travail sur la marque employeur : une entreprise doit avoir une raison d’être, il est important de travailler l’image de la marque. L’obtention de labels employeurs permet de garantir la qualité de la politique de la vie au travail de l’entreprise : rémunération, conditions de travail, gestion des talents et des compétences, évolution professionnelle, formation, RSE... Parmi les labels on peut citer : Top Employeur, Happy trainees…
  • Mise en place de partenariat avec des écoles : multiplier les évènements avec les écoles permet d’agrandir sa visibilité.
  • Recruter sur des projets plus que sur un poste : susciter l’intérêt des jeunes à travers des projets, du travail collaboratif et l’autonomie.
  • Inclure le manager dans le processus de recrutement : aller chercher les talents avec les managers qui sont au cœur des projets et plus légitimes d’en parler.
  • Faire bouger les lignes des dirigeants eux-mêmes : vectoriser une image de réussite différente, de parcours moins classiques. Les jeunes s’intéressent au parcours des dirigeants.

Conclusion :


Retouch%C3%A9e_MABL_2.jpg

Mme Marie-Anne Barbat-Layani est venue conclure ce colloque et a rappelé les temps forts qui ont animé l'Observatoire depuis sa création, il y a 10 ans.

Animations réalisées par Koben :



Question ouverte au public :
Comment la branche peut-elle aider/soutenir les banques dans cette démarche d’attractivité ?


reponses_question_ouverte.jpg